éléonore Saintagnan
Projects




Programmation and Awards:
2018
  • Festival International du Film Insulaire, Groix (FR) 22-26 august
  • Filmcaravan, Imperia (IT) 25-28 july
  • Huesca de Cine (ES) 8-16 june
  • Visions du réel, Nyon (CH) !!! BEST SHORT FILM AWARD !!!
  • Belgian Avant-première at Bozar, Brussels
  • French Avant-première at Le Méliès, Montreuil-sous-Bois
UNE FILLE DE OUESSANT / A GIRL FROM OUESSANT
Un film d'Eléonore Saintagnan
Vidéo couleur stéréo, 28 min, 2018
En coproduction avec Michigan films et Mains d'œuvres
Avec l'aide du film court en Seine-Saint-Denis
de Finis Terrae
de la fédération Wallonie-Bruxelles
et de la Cinémathèque de Bretagne
Interprétation: Éléonore Saintagnan, Ann Stouvenel, Edgar Motte-Saintagnan, Grégoire Motte et Yang Chao
Montage Image: Frédéric Dupont
Montage son et mixage: Romain Ozanne
Etalonnage: Nicolas Lebecque
Musique originale: Birds on a wire (Rosemary Standley et Dom la Nena)
Langue : français Sous-titre : Anglais.
Pays de production : Belgique, France
Support de projection : DCP, DVD, HD


Une fille de Ouessant
FR L'île d'Ouessant est la plus à l'ouest, tout au bout de la pointe de la Bretagne. La dernière terre avant l'Amérique... Autrefois, les hommes y travaillaient tous en mer, pour la pêche ou dans la marine, et de ce fait l'île était peuplée presque uniquement de femmes. En immersion sur cette terre, la réalisatrice plonge dans les archives, et dans un flottement entre rêve et réalité, s'identifie à Barba, une fille de Ouessant, dont le père a disparu en mer sans laisser de traces. Comment alors faire son deuil? Entre film de vacances, documentaire anthropologique et fiction, le film prend la forme d'un conte ethnographique.

EN The island of Ouessant is off the very tip of Brittany, making it the last bit of land before America. All its men used to work at sea and the island was therefore almost exclusively populated by women. The film's director, as she immerses herself in the life of the island, plunges into the footage, and, somewhere between dream and reality, she identifies with Barba, a girl from Ouessant whose father disappeared at sea without a trace. How, then, can she grieve? The film adopts the form of an ethnographic tale, halfway between an anthropological documentary, a holiday video and a work of fiction.